Fiat 500 Abarth

Fiat 500 Abarth

29/01/2012 - Baby turbo !

Comment décrire mes sentiments lors de la remise des clés de cette nouvelle 500 Abarth bicolore cabriolet ? Va-t-on me prendre pour le dernier excentrique venu ou pire va-ton croire que j’idolâtre ceux qui font du tunning ?

Les premiers tours de roues ont confirmé que ma baby Fiat ne passait pas inaperçu !

Pas un coin de rue, pas un feu tricolore, pas un emplacement de parking sans que plusieurs personnes ne se retournent sur moi… enfin sur elle !

Cette nouvelle 500 Abarth est évidemment beaucoup plus longue, plus large et plus haute que le premier modèle.
Il n’en demeure pas moins qu’au niveau esthétique elle plait à tout le monde : homme, femme, adolescent ou homme d’affaire, collègues, amis et même à Julienne – ma voisine de 75 ans qui m’avoua un matin « oh, elle est vraiment mignonne celle-ci ! » n’en déplaise aux autres véhicules testés avant et après la 500…

Belle, mais après ?

Si l’aspect esthétique semblait faire l’unanimité, restait évidemment le comportement sur la route.
Et ici aussi la 500 Abarth nous a plu. Petite, nerveuse, elle vous propose deux possibilités : être sage ou pas !
Dans sa configuration « normale », la puce fonctionne en automatique et son moteur 1.4 essence est idéal en ville voire sur autoroute. Elle est maniable, facile à garer mais souffre d’une visibilité réduite à l’arrière et au trois quart arrière (le modèle testé étant la version cabrio).
Autre petit soucis, la hauteur de la voiture. Pour accentuer son côté sportif et dynamique, le châssis a été rabaissé et du coup, pas question de faire le malin dans le centre d’Evere ou l’on ne compte plus le nombre des casses vitesse et autres dos d’âne présent sur la voirie !

L’autre mode, j’y arrive, est le mode « sport » !
Et cette fois, plus moyen de s’endormir… la suspension en sort renforcée, la direction aussi. Un bruit rauque façon rallye laisse apparaitre les gènes de cette Abarth et la puce devient démon lorsqu’elle libère ses 140 ch pour de véritables accélérations à vous coller dans les sièges baquets.

Pour qui ?

Avec un prix de base de près de 19.000 euros, cette Abarth n’est pas à la portée de toutes les bourses si l’on considère le rapport taille – habitabilité / prix.
En revanche si vos critères sont le plaisir de conduite et l’envie de vous démarquer de la classique – mais néanmoins mignonne 500 bleue de votre collègue – n’hésitez pas et faites-vous plaisir !

Plus d'articles a propos de:

 

Commenter cet article