Coup de chaud avec le bikram yoga !

par Leslie Rijmenams


bikram okCette année, j'ai eu la très bonne idée de partir en juin – moins cher, moins de monde, excellent mois en Ecosse parait-il. Ce que je ne savais pas, c'est qu'en rentrant en Belgique, ça allait être gla gla près de 2 mois.

Question donc : où trouver un peu de chaleur pour allumer mon bien trop triste corps ? Sauna ? Sport ? Sport ? Sauna ? Et pourquoi pas les deux ? Eh oui, cet été, j'ai osé le bikram yoga.

Bikram... comme « crame » on peut le dire ! Il s'agit d'un yoga pratiqué dans une salle chauffée d'une trentaine de degrés sans une once de vent. Très populaire en Amérique du Nord, il arrive petit à petit dans nos contrées. Ici, pas question de se relaxer, le bikram yoga est une activité sportive au sens propre du terme.

Le principe ? vous enchaînez 26 postures au nom de fleurs et d'animaux ; le tout, en chaleur histoire de suer mais surtout de délier le corps. Il faut l'admettre : le bikram yoga ressemble plus à un entraînement militaire. Avec des « DEBOUT ! », « PLUS FORT ! », « PLUS HAUT ! » « ON TIRE ! » et « PAAAUUUSE ! ». Avant de devoir me relever 30 secondes plus tard. Gnark.

Certes, on passe une heure et demi à se dépasser, à enrager même par moment lorsque notre pied droit refuse de jouer la carte de l'équilibre, mais mon Vishnu, qu'est-ce qu'on se sent bien après ! 800 calories perdues en 1h30, nos toxines éliminées et un corps totalement vidé. L'esprit rejaillit. On déconseillera tout de même cette pratique aux cardiaques et à ceux qui souffrent de problèmes de tension. Mais aux autres, juste un conseil : tentez le coup ! Et attendez-vous à ce que vos tenues de sport à devenir de véritables torchons.

 

L'adresse du test : Bikram's yoga College of India Brussels
Les cours d'1h30 se donnent tous jours, du lundi au dimanche. Horaire variable entre 10h et 18h. Adresse : 207 Avenue Louise, 1050 Bruxelles.
Tel : 02 644 12 24. Web : www.fbyci.com .
Tarif : semaine d'introduction à 25 €, 20 € le cours et 180 € l'abonnement de 10.

 

Commenter cet article