Pin-Up (n.f. anglicisme) : photo de jolie fille peu vêtue

par Leslie Rijmenams

Pin upCoup de coeur vintage aujourd'hui : les pin-up ! Loin de m'imaginer qu'elles faisaient partie intégrante de l'Histoire avec un grand H, ces portraits de jolies femmes ont rythmé les Unes en tout genre à partir des années folles.

Ça, je l'ai appris dans une véritable Bible en la matière aux éditions Taschen : The Great American Pin-Up. Combinaison entre des textes en différentes langues et plus de 500 images, ce recueil offre une analyse précise et complète sur le phénomène des pin-up. Des images d'une époque où l'érotisme avait encore une part d'innocence...

Les éditeurs de journaux les plaçaient en première page afin d'attirer le lecteur, à une époque où le marché de la presse était très compétitif. Ces dessins et peintures à huile étaient, pour la plupart, des mises en situation. Pin-Up sur le capot d'une voiture, à la plage, jouant aux cartes ou élaborant un pique-nique sur une nappe à carreaux... En bref : une femme pulpeuse, une scénette et l'imagination fait le reste ! 

On distinguera cela dit la pin-up de la pretty girl. Cette dernière est un portrait exécuté par un artiste touche-à-tout alors que les pin-up sont généralement dessinées par des personnes spécialisées dans le domaine. La pin-up porte généralement une tenue qui révèle ses formes avantageuses (maillot, corsage, robe légère, short, lingerie fine...). Elle se présentera aussi - même si cela reste assez rare - dans son plus simple appareil. Pour les robes du soir ou les tenues de gala, on les associe davantage aux images glamour. Portraits de pied ou portraits présentant uniquement le buste du sujet, ces images seront moins provoquantes que les pin-up.  

Qui a dit que l'érotisme n'avait pas une portée théorique ?

 

The Great American Pin-Up de Charles G. Martignette et Louis K. Meisel aux éditions Taschen, 2011.

Plus d'articles a propos de:

 

Commenter cet article