La Grande Ecluse rouvre les vannes

par Leslie Rijmenams

la grande ecluse 1Imaginez un diner romantique...

Imaginez des produits d'exception...

    ... une manière intelligente et créative de les cuisiner...

Imaginez une écluse

grande ecluse 3

En 1886, l'épidémie de choléra frappe Bruxelles. Vecteur de la maladie : la Senne. Bourgmestre de l'époque, Jules Anspach ordonne de recouvrir un cours d'eau qui était devenu un véritable égout à ciel ouvert. Le débit de l'eau devant désormais être régulé, l'architecte de la Bourse Léon Pierre Suys se voit confier la réalisation de la Grande Ecluse du Midi.

Encore aujourd'hui, nous pouvons admirer ce dispositif constitué de vannes de 2,5 m de haut. Alors que l'écluse avait fonctionné pendant plus d'un siècle, un second voûtement qui avait entrainé une déviation du cours de l'eau la rendit inutile et amena sa désaffectation en 1955.

Nouvelle vie

Bien des années plus tard, la Grande Ecluse subit deux restaurations... éphémères. Heureusement pour ce patrimoine, le site a été réapprivoisé par la femme d'affaire Khadija Al Burudi, spéclisée dans la prestation de service pour les hôtels. La Grande Ecluse a rouvert ses portes voici quelques mois. Pour notre plus grand plaisir. 

Aux fourneaux : Bruno Lesbats et son équipe. Originaire des Landes, l'homme travaille dès son plus jeune âge à Rungis, le plus grand marché matinal au monde où l'on trouve dès produits à peine cueillis. Et s'il est bien une valeur qui domine dans la Grande Ecluse, c'est cette fraîcheur. Des produits savamment choisis et une intelligence dans l'assiette. 

Si une soirée à la Grande Ecluse demandera une petite économie pour les bourses moyennes, ces dernières n'en garderont pas moins un souvenir exceptionnel. Après une quirielle d'amuses bouches tout en saveur, je me laisse tenter par des nems de homard, aigre doux à l'orange. L'équilibre est parfait, le nem juste bien croquant. Dans l'assiette de mon voisin : serpentins de boeuf croquants à la feta et au comté. Le serveur nous confie en manger dès qu'il en a l'occasion. Et je le comprends ! Ces entrées laissent présager une très belle suite. 

De fait, mon coucou de Malines apporte une touche réconfortante au repas. La volaille est délicatement posée sur un lit de patates douces aux raisins secs et au miel. Je n'oublierai pas cette association de sitôt. En face de moi, mon voisin se délecte d'un carré d'agneau au jus serré de romarin. C'était sans compter le dessert...

grande ecluse 2

Je reste dans le réconfort avec une tarte aux pommes, crème d'amandes et caramel à la fleur de sel. Mais je goûte aussi à la poire pochée et caramel. Et si je pouvais, je tenterais volontiers le tiramisu aux poires caramélisées et Nutella, le Baba à l'eau de fleur d'oranger ou encore le sablé, cheese-cream et figues fraîches... 

Bon j'arrête, parce qu'il est 12h30 et que si ça continue, je vais dévorer l'écran. 

Un conseil : courrez, volez, nagez jusqu'à la Grande Ecluse. Vous me remercierez. 

La Grande Ecluse, Boulevard Poincaré 77, 1070 Anderlecht
TEL : 02 523 55 45 || WEB : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Fermé le samedi midi et le dimanche

Prix : une bonne cinquantaine d'euros pour entrée-plat-dessert, boissons non-incluses

 

Commenter cet article