Halloween : out of office, sorry

par Leslie Rijmenams

halloweenJe ne sais pas vous, mais moi, j'adore cette période de l'année. Surtout depuis quelques années en fait. Depuis que les magasins se parent de déguisements d'horreur dès les premiers jours d'octobre, depuis que les packages de bonbons s'halloweenisent en automne, depuis que Noël n'est plus la seule fête qu'on célèbre après Pâques. 

Petite, je regardais les séries et films américains en me demandant pourquoi chez nous, on n'avait pas le droit d'aller sonner aux portes en lâchant un "farces ou friandises" couvert d'un vieux draps de lit. 

Et puis il y a eu 2004. Année où mon british d'ami Damian a organisé une soirée chez lui, le soir du 31 octohre sur le thème de Dracula. Depuis lors, je suis mordue.

Et au fil des années, les petits groupes d'enfants se sont multipliés dans mon square. Conclusion : hors de question de passer le début de soirée hors de chez moi. La déco d'Halloween, les fausses toiles d'araignées, la bouille des bambins surexcités d'avoir quelques bonbons en plus dans leur panier... c'est jouissif ! 

Les amis, 2012 est à marquer d'une pierre blanche car c'est la première année depuis fort, fort longtemps, que j'ai congé durant les vacances de Toussaint. Alors voici un petit panel de ce que je désire faire. 

D'abord - et c'est immanquable - il y a l'éternelle vision de "C'est l'Halloweeeeeen. On veut des bonbons" des têtes à claque. Marionnettes québecoises à "s'taper l'cul par terre" ! Y'a pas une année qui passe sans les regarder... 

 

 

Secundo, je vais VRAIMENT profiter de ces vacances pour rattraper tout mon retard en matière de ciné. A commencer par le dernier Tim Burton : Frankenweenie à qui on prédit déjà l'Oscar de l'animation. Magnifique aussi également mais dans un autre genre : Dead man talking qu'il me tarde de voir. Et puis, pour la route, il paraît qu'un certain 007 fait beaucoup parler de lui. Skyfall, ça vous dit quelque chose ? En tout cas, la chanson d'Adele me rend dingue ! 

 

 

Côté sorties, je vous disais que je ne pouvais pas passer un 31 octohre hors de chez moi. Qu'on s'entende : je commence à sortir quand les enfants se couchent. Et, quitte à être corporate, je ne peux PAS louper la Soul Party ! Comme d'hab, c'est à l'Acte 3 de Braine l'Alleud. Histoire de ressortir les paillettes et les pattes d'eph' sans honte aucune. 

 

 

A part ça, ô, horreur ! J'ai omis de parler de mon dada : le genre de choses qui émoustillent nos papillent. J'ai nommé la gastronomie. Je révise donc mes classiques en cette fin d'octobre grâce au Répertoire des saveurs (une brique de 496 pages chez Marabout). Je me plonge dans ce grimnoire et reviens sur un mythe : la combinaison champignon vénéneux et citrouille, sortie tout droit des contes de fées : "Les chanterelles, dont la note légèrement fruitée de courge est facilement perceptible, forment avec la courge un partenariat idéal. Philip Howard, chef au restaurant The square à Londres, sert de la purée de potiron, des chanterelles, du poireau et de la truffe noire avec des coquilles Saint-Jacques (...)" Faute de temps pour me rendre en terre James Bondienne à la Toussaint, je me limiterai à ma soupe de potirons maison. Mais on peut toujours rêver...

cupcakes halloween


Grande passion aussi : les cupcakes. Je vais enfin pouvoir utiliser mes moules et suivre à la lettre les conseils de Chloé S. (cf. Les cupcakes de Chloé S. et autres recettes gourmandes chez Hachette cuisine). J'ai le bouquin depuis le mois de mai mais le temps m'a manqué apparemment. Et si mon horloge de se décide toujours pas à faire passer mes journées de 24 à 27 heures, je pourrai toujours me faciliter la tâche en allant chez Lilicup, les meilleurs - selon moi - à Bruxelles ! 

Et puis, tant qu'on est en automne, allons-y gaiment avec la chasse. Pour ça, j'ai une adresse divine à Durbuy. Sa réputation n'est plus à faire : le Sanglier des Ardennes est toujours alimenté par un estomac de maître : j'ai nommé Fréderic Cardineal. Mais cette année, c'est dans un autre établissement que je testerai la biche : à l'hôtel Victoria. Spécialité : les grillades aux feux de bois. Et là aussi, c'est la famille qui accueille.

 

C'est pas tout ça mais ça me fait déjà un chouette petit programme... Alors y arrivera, y arrivera pas ? Mon Dieu, rien que d'y penser j'avais oublié à quel point c'était fatiguaaaant, les vacances !

 

Commenter cet article