Joual : compréhension à la lecture

par Leslie Rijmenams

joual

QUESTION : Vous préférez quelle version ?

TEXTE 1

Ce samedi, on a embarqué dans le char de Nancy, une journaliste québécoise qui nous accompagne lors de notre séjour chez les Amérindiens. Cette excursion a l’air capotée !! J’aurai sans doute plein de choses à raconter à mon tcheum en rentrant en Belgique.

Avant d’arriver au village, on s’arrête au dépanneur histoire de faire quelques provisions avant de débarquer en pleine nature. Chips au bacon, ‘Belle gueule’… c’est correc’ !

Mais rien à voir avec ce que nous fait manger Jimmy à Matakan (récit à découvrir prochainement sur le blog). Là, c’est l’orignal qui fait notre bonheur. Et c’est vraiment très cochon… sans parler du doré fraichement pêché : écoeurant !

Je pensais que pendant la nuit, j’aurais la chienne solide à cause des ours environnants. Et pourtant, rien, nada. C’est sans doute le medecinman et ses histoires complètement flyés qui m’ont fait dormir comme un loir ! Après un week-end passé chez les Atikamekw, je pose mes foufounnes dans le char à Nancy. Des étoiles plein les yeux. Limite, je me sens épaisse, trop cave par rapport à ces hommes qui vivent heureux avec rien.

 

TEXTE 2 

Ce samedi, nous avons pris place dans la voiture de Nancy, une journaliste québécoise qui nous accompagne lors de notre séjour chez les Amérindiens. Cette excursion a l’air géniale ! J’aurai sans doute plein de chose à raconter à mon copain en rentrant en Belgique.

Avant d’arriver au village, nous nous arrêtons à la supérette histoire de faire quelques achats avant de débarquer en pleine nature. Chips au bacon, bière… ça ira !

Mais rien à voir avec ce que nous fait manger Jimmy à Matakan (récit à découvrir prochainement sur le blog). Là, c’est l’orignal qui fait notre bonheur. Et on le mange vraiment goulument !  Sans parler du doré fraichement péché : délicieux !  

Je pensais que pendant la nuit, j’aurais la trouille (grave) à cause des ours environnants. Et pourtant, rien, nada. C’est sans doute le guérisseur et ses histoires complètement dingues qui m’ont fait dormir comme un loir ! Après un week-end passé dans la communauté Atikamekw, je pose mes fesses dans la voiture de Nancy. Des étoiles plein les yeux. Limite, je me sens bête, trop débile par rapport à ces hommes qui vivent heureux avec rien.

 

 

 

Plus d'articles a propos de:

 

Commenter cet article