Le point sur les jeux (1/5)

par Leslie Rijmenams

cache-cache-et-ses-bienfaits-pour-les-enfantsLes choses les plus simples sont souvent les meilleures. C'est pareil avec les jeux. Toute cette semaine, à l'occasion de la Saint-Nicolas, on s'intéresse à ce qui amuse nos enfants. Les jeux sont essentiels à leur développement. En quoi le jeu est-il fondamental ? De quels jeux s'agit-il ? Les réponses psy de Vincent Magos, responsable de Yapaka, programme de soutien à la parentalité. 

Par le biais du jeu, l’enfant va progressivement grandir et découvrir le monde. Il est donc primordial que les parents soutiennent le jeu, et ne considèrent pas cette étape comme étant une activité futile.

"Non, Loulou, j'ai pas le temps de jouer"

Il arrive bien évidemment que les parents n’aient pas le temps ou simplement pas l'envie de jouer, là, maintenant, tout de suite... Mais les parents doivent savoir que jouer ne signifie pas arrêter toutes leurs activités en cours.

Jouer, c’est avant tout créer une atmosphère ludique : on peut jouer en épluchant des carottes, en faisant du bruit avec une cuillère. Et plus encore, une attitude. Pas besoin d’encombrer l’enfant de 36.000 jeux. Bien souvent, il ne joue pas avec et il ne sait même plus à quoi jouer tellement il en a...

Mieux vaut privilégier les jeux simples mais tout aussi bénéfiques : casseroles, cuillères, pâte à sel,… Le jeu aide non seulement l’enfant à se construire mais aussi à développer son imagination, créer des liens, tester les autres, faire semblant, faire la différence entre l’humour et la réalité, et apprivoiser les moments incertains de la partie de jeu, moments incertains qu’il rencontrera sous d’autres formes dans sa vie adulte.

Cache-cache, tout sauf anodin

Le jeu de cache-cache aide l’enfant à se séparer de son environnement familial, à acquérir la certitude que l’autre est présent pour lui lorsque cela s’avère nécessaire et qu’il peut donc prendre ses distances. Toute une série d’activités (jeu de cache-cache, coucou,…) permettent à l’enfant de se séparer progressivement, que ce soit d’une personne ou d’un objet.

Même principe pour le "coucou", "1, 2, 3, hibou" où l'on cache son visage derrière un journal, sa manche, son fauteuil : pour l'enfant, ce jeu permet de voir si l’autre est là. Il ne le voit plus mais il le sent, il l'entend. 

Une fois que l’enfant a acquis la sécurité, la certitude que l’autre va être là pour lui si nécessaire, permet de jouer cette prise de distance progressive. 

Envie d'en savoir plus ? Yapaka offre un livre gratuit sur le jeu : téléchargez le sur  http://www.yapaka.be/livre/livre-jeu-taime ou appelez le 0800 / 20.000 pour vous le recevoir.

 

Commenter cet article