Non mais vous trouvez ça juste ?

par Leslie Rijmenams

ERTHier en fin de soirée, le gouvernement grec a coupé la prise. Plus rien, nada, fini d'émettre pour les chaînes de la radio-télévision publique. C'est comme si chez nous, on n'avait plus droit au 12 minutes, à Sans Chichis, aux Niouzz. Plus de RTBF. Plus de France 1, 2, 3, 4, 5 dans l'Hexagone. Non mais quoi.

Au nom de l'austérité, du gaspillage, de la mauvaise gestion de l'ERT, le gouvernement Samaràs prive le peuple d'information. Pourquoi une telle prise d'otage ? Dans l'Antiquité, la Grèce était une terre de précurseurs. La terre même où fut fondée la notion de démocratie. Périclès, Aristote, Platon... Ils avaient certes leur vision du concept, mais ils consacrèrent leur vie à sa définition. Au IV s. avant J-C, Platon plaçait la démocratie juste devant la tyrranie et derrière la timocratie. Ce 12 juin 2013, la Grèce semble s'approcher de ces deux pôles : le gouvernement est intéressé par ce qui a du prix, une valeur financière. En même temps, il prive ses citoyens certaines valeurs maîtresses la démocratie : le droit d'expression et l'accès à l'information. Dommage que l'Etat héllénique tombe si bas. J'en connais quelques uns qui doivent se retourner dans leur tombe. 

 

Commenter cet article