Une Mamie lutte contre le cancer sur Instagram

par Leslie Rijmenams

mamie lutte contre le cancer instagramLe cancer n'est pas une fatalité. Pas toujours, en tout cas. Et pour mieux pouvoir affronter la maladie, certains gardent le sourire... et rivalisent d'originalité. Comme cette Mamie. A 80 ans, sa duckface sur Instagram fait le tour du monde. 

Le petit-fils de Betty Simpson l'a inscrite sur le réseau social il y a deux mois. Login : @GrandmaBetty33. Nombre de followers : 160.000. Un vent d'entrain souffle sur la planète Insta. Les médecins lui ont découvert un cancer du poumon. Zach Belden a ainsi décidé d'utiliser la toile à bon escient : documenter la bataille de sa grand-mère contre la maladie mais aussi diffuser des messages empreints d'optimisme. Dernièrement, on a d'ailleurs pu voir Betty danser sur Happy de Pharell Williams ou... tirer une langue toute bleue ! 

Mamie lutte contre le cancer instagram langue bleue

Des soutiens émouvants

Il y a quelques jours, on a aussi découvert le soutien émouvant de 11 femmes face au cancer de leur amie. 

12881-solidarite cancer photo amies

Sur cette photo, il y a Gerdi McKenna. Une Sud-Africaine diagnostiquée du cancer du sein. Où est-elle ? C'est bien ça l'idée de génie. Par solidarité, ses 11 amies ont décidé de se faire raser la tête. Objectif : ressembler comme deux gouttes d'eau à Gerdi, histoire qu'elle se sente moins "différente". L'ensemble des cheveux coupés ont par ailleurs été donné à la CANSA, une association créant des perruques pour les malades. 

On se rappelle aussi de la superbe vidéo Ne serait-ce qu'une seconde, à l'initiative de la Fondation Mimi. Le 17 juin dernier, 20 personnes atteintes d'un cancer se font relooker de manière loufoque. Les yeux fermés, elles se placent devant une vitre sans tain. Derrière la vitre : un photographe. Vincent Dixon immortalisera ces beautés lorsqu'elles ouvrent les yeux. Après la stupéfaction du premier millième de seconde, arrive le sourire, commun à chaque visage. Autre point commun : à cet instant-là les malades oublient qu'ils le sont. Retour à l'insouciance avant de se rappeler d'une bien trop dure réalité. N'empêche, ce moment a existé, "ne serait-ce qu'une seconde".


"Généralement, le cancer, on le détecte, mais on n'en parle pas forcément avant qu'il nous tombe dessus. Les jeunes sont rarement impliqués dans les conversations qui concernent la maladie."
C'est le constat fait par Yael Cohen, une Américaine confrontée au cancer à 22 ans, quand elle apprend que sa mère est atteinte. De la "passivité", elle veut passer à l'action. Elle a donc créé Fuck cancer, une association qui souligne l'importance de la prévention auprès des 17-35 ans. "Le souci à l'heure actuelle, c'est qu'on ne dit pas ce qu'il faut manger. On dit simplement ce qu'il arriverait s'ils faisaient ou mangeaient ça." L'asbl vient chercher la génération Y sur son terrain de jeu : le net. Elle ne vise pas à donner des conseils moralisateurs. Son but, c'est de donner des réponses à des questions simples et pourtant tellement compliquées comme : "comment parler à ma mère de son cancer ou annoncer à mon fils de 5 ans qu'il est malades ?" L'importance de l'information et la prévention, donc. Chez nous, la Fondation contre le cancer l'a bien compris.

Le cancer est donc un mal, parfois, incurable. Mais pas les marques de soutien. 

 

Commenter cet article