Je suis une fille et je me prends la tête

par Leslie Rijmenams

soledad-miroir-picotiLes femmes se prennent la tête. C'est vieux comme le monde. En 2003, Susan Nolen-Hoeksema publie Women who think too much. Son livre est ensuite traduit en Français et réédité cette cette année chez Marabout Poche. Pourquoi les femmes se prennent la tête? Et comment rendre leur vie plus légère ? Un kit de survie lorsqu'on pense, qu'on pense, qu'on pense... beaucoup trop ! 

Tiens, Margueritte m'a dit bonjour d'un ton glacial ce matin. Comment a-t-elle pu me parler comme ça ? Mais au fait, que signifiait ce simple "salut"? Aaargh, je ne supporte pas d'être fâchée avec elle ! J'aimerais franchement savoir ce qu'elle pense de moi... Et si elle m'en voulait pour quelque chose ? Non mais attends, si je ne suis pas capable de gérer ce genre de conflit, comment je peux diriger mon équipe? Mince alors, je suis faible, une grosse lozeuse... Et puis zut, pourquoi j'ai pas réagi ? Ca y est, l'effet levure est lancé. Et dire que tout est parti d'un banal "Salut". 

Cette manie de tout rassasser, en boucle, de manière obsessionnelle un certain nombre de pensées ou de sentiments négatifs... on l'a quasi toutes ! Pour S. Nolen-Hoeksema, c'est ce qu'on appelle l'overthinking. Et l'overthinking, c'est vraiment pas chouette. Déjà, il rend la vie plus difficile, nous stresse, nuit au relations avec les autres et, en gros, nous pourrit la vie. C'est simple : Pourquoi les femmes se prennent la tête devrait être reboursé par la Sécu. Et comme je suis sympa (vraiment? ou est-ce juste ce que je pense refléter? Non mais, en disant ça, mes lecteurs vont croire que je me la pète. C'est vrai qu'en fait, je suis pas sure que j'aimerais m'avoir comme copine. Quoi que, ça dépend des jours... Bla, bla, bla)

Les solutions stopper l'overthinking

1. Faites une pause : 8 minutes de distraction suffisent pour retrouver sa bonne humeur et briser le cercle des pensées obsessionnelles.
2. Levez-vous et bougez : il est plus difficile de réfléchir profondément en s'activant (avis aux insomniaques).
3. Rejoignez la "police de la pensée" : achetez par exemple un panneau "Stop" dans un magasin de jouets et sortez-le au moment opportun.
4. Ne laissez pas gagner vos pensées négatives : les bonnes décisions se prennent avec un esprit clair. Refusez simplement qu'une situation ne paralyse votre vie. 
5. Reprenez le contrôle en programmant votre overthinking : si tout semble trop compliqué, décidez d'un moment dans la journée où vous pourrez penser à loisir, sans mettre en péril vos autres activités. 
6. Déchargez-vous de votre fardeau : tentez la méditation, la relaxation
7. Appuyez-vous sur les autres : discutez de votre overthinking avec un proche peut permettre de faire le tri, de prendre de la distance. 
8. Ecrivez : ça libère !
9. Traquez le bonheur : souvenez-vous des moments positifs avec vos proches, remontez-vous le moral en vous parlant, cherchez les aspects positifs d'une situation et vive le sens de l'humour ! 

Ah ben déjà, je me sens plus légère :) 

[Oui mais légère comment?
Genre légère comme une plume
ou plutôt comme un boulet auquel on a enlevé un poil?

Et c'est reparti...]

 

Commenter cet article