Le mystère Holmes incontournable

par Leslie Rijmenams

le mystere sherlock holmesManoir hanté, île maudite, majordome tout droit sorti de la Famille Addams, châtelain fou digne du chapelier toqué né sous la plume de Lewis Caroll... C'est que le Mystère Sherlock Holmes prend parfois des allures d'un Tim Burton. L'univers est fantasmagorique. Macabre, avec quelques bons frissons. Drôle aussi, un humour très british mené d'une main de maître par l'inspiré Didier Colfs (alias Lestrade) et ses jeux de mots du style "Il ne faut pas chercher Médée à 14h", "Je l'ai sur le bout de la mangue". Ambiance surréaliste sur fond de cake aux carottes.

L'histoire commence au 221B Baker Street, à Londres. Le Docteur Watson tente une enième fois de sortir Sherlock Holmes de son état dépressif. Tous le croient mort dans les chutes de Reichenbach, lui est en mal d'inspiration. Quand soudain arrive Lestrade, inspecteur de Scotland Yard. Il lui parle d'une étrange affaire : le riche compte de Blackmore est tombé d'une falaise. L'île même où la mère du détective fut tuée il y a 30 ans, lors du réveillon de Noël. La flamme ranimée, Sherlock Holmes troque ses seringues et hallucinogèes contre sa loupe et son deerstalker. 

On soulignera la belle complicité entre Nicolas Ossowski (Sherlock Holmes) et Othmane Moumen (Watson). Mention spéciale aussi pour Ana Rodriguez, pseudo medium délirante et surtout mangeuse d'hommes. A vrai dire, aucun comédien ne fait tache dans la pièce de Thierry Janssens. Comme pour le Tour du monde en 80 jours, il a pu s'entourer des meilleurs et continue de nous épater.

 

 

La petite scène du Théâtre du Parc dévoile ses secrets. On y parcoure plusieurs endroits grâce au scénographe de génie Ronald Beurms et l'adaptateur Janssens. Tanière de Sherlock Holmes, lac, manoir, laboratoire, forêt inquiétante de Blackmore, falaise... En un tour de main, le décor se transforme devant nos yeux pour nous laisser bouche bée. Des bouches qui - je pensais - allaient blablater sans cesse, au vu des nombreuses écoles dans la salle. Au feu, les idées reçues. Les dizaines d'ados présents hier au Parc sont restés scotchés. Preuves en étaient les francs et interminables applaudissements en fin de spectacle. Cette enquête inédite est une très belle entrée en matière pour ceux qui s'initient à Conan Doyle

 

Le Mystère Sherlock Holmes, Théâtre du Parc jusqu'au 18 mai. La pièce se jouera aussi la saison 2013-2014, de même que Le Tour du Monde en 80 jours.
Infos et réservations au 02 505 30 30
 

 

Commenter cet article