Une to-do-list aux consonances bizarres

par Leslie Rijmenams

365 etranges et etrangers assimil ephemeridesJ'adore les anecdotes qui ne servent à rien mais qui font parler à la machine à café, j'aime aussi étoffer mon vocabulaire de mots incongrus pour faire la maligne. Cette année sera placée sous le signe de la découverte de mots qui ne servent à rien mais qui font bien rire mes collègues lorsque je les prononce.

En 2014, mon almanach prend la forme d'un dictionnaire cocasse : 365 mots étranges et étrangers, ça se trouve chez Assimil. Je ne peux pas vivre une journée sans to-do-list. Le fait d'écrire les choses à faire sur un petit bloc notes me ote d'un poids énormissime. Grâce à ça, je suis or-ga-ni-sée. Ou du moins, j'en ai l'imprsesion, et c'est déjà ça. 

Il y a deux ans, ma to-do-list était celle mise en images par Soledad Bravi et ses Paresseuses. L'année dernière, conseils pratiques chaque jour : beauté, santé, nutrition... Cet année, c'est l'année où je découvre ! Je découvre d'autres cultures, des jargons improbables mais tellement intéressants pour leur population. Ou pas ? L'exemple du jour : 

ephemerides assimil 365 mots etranges et etrangers

Je me demande juste quand je vais pouvoir recaser KAVAVANGAHETI dans une conversation. Définition : "animal mort si gros que l'on a du mal à venir à bout de sa viande", en Tsonga (Afrique du Sud). Comme un hippopotame, une baleine ou un éléphant par exemple. Alors ok, ça ne sert à rien. Quoi que... Je me souviendrai toujours de mon premier prof de socio à l'univ, Luc Van Campenhoudt : "tout a du sens, considéré dans son contexte" disait-il. "Nous, en Belgique, pour parler de la neige, on emploie le mot 'neige'. Mais si vous allez chez les Eskimos, ils auront 35 mots pour désigner la neige. Car ça fait partie de leur vie quotidienne, du contexte dans lequel il évolue."

Alors oui, aujourd'hui, en cette période d'examens pour les étudiants du supérieur, j'aime à me rappeler que ce genre de phrase n'est pas tombée dans l'oreille d'une sourde. Que je n'ai pas mangé des briques pendant 5 ans pour rien. Que grâce à ces études, je peux parfois me lancer dans des réflexions à la JCVD [oups, ça va peut-être en décourager certains] Trêve de bavardage. Voici quelques mots qui, j'en suis sure, vous feront briller en société : 

Un peu --> Kaengeng : dire "oui, oui", mais ne rien faire (Kiribati, Pacifique Sud), oh ça balance !

Beaucoup --> Rombhoru : femme qui a de fortes cuisses (littéralement "taillées comme le tronc d'un bananier" en Bengali), oh c'est méchant !

Passionnément --> Raduda raifu : femmes célibataires qui passent leurs week-ends à cuisiner puis à congeler des plats qu'elles n'auront plus qu'à faire réchauffer quand elles rentreront tard du travail (littéralement "vie de chameau" en Japonais), oh c'est encore plus méchant ! 

A la folie --> Viajar na maionese : vivre dans un monde de rêves (littéralement "voyager dans la mayonnaise" en Portugais), oh c'est mignon cette petite métaphore [hashtag bonheur, hashtag la vie en rose, hashtag conte de fée] ! 

Pas du tout --> Areodja rekput : échanger sa femme contre celle d'un autre pour quelques jours (Inuit, Arctique), oh ça c'est pas bien ! [hashtag les contes de fée n'existent pas]

Je vous souhaite une année éclairante ! 

 

 

Commenter cet article