La Story Alanis Morissette

par Brice Depasse

accouchement-Alanis-Morissette
La vague grunge est à son sommet quand en 1995 les records des groupes emblématiques Pearl Jam et de Nirvana sont pulvérisés par une petite bonne femme de 21 ans au nom improbable : Alanis Morissette.



Son album est selon l’expression consacrée de l’époque, à tomber par terre. Avec ses intonations et son look de Lolita, son accent à couper à la tronçonneuse (et encore, on y casserait des chaînes), Alanis bouscule les canons du rock et de la pop.

En cinq singles et un premier album nommé Jagged little pill qu’elle vend à 16 millions d’exemplaires aux Etats-Unis et 30 dans le monde, la petite raffle le record de la décennie pour un album studio.

Mais d’où vient-elle ?

Et bien comme autrefois Michael Jackson, Alanis n’est pas une débutante malgré son jeune âge.

Elle enregistre ses premières chansons au Canada, son pays d’origine, à l’âge de onze ans. Avec quel argent ? Celui qu’elle a gagné depuis maintenant deux ans en participant à une émission pour enfants.

Oui, la petite Alanis est encouragée dans sa carrière artistique par ses parents. Le père, Alan Morisette, un canadien d’origine française (vous avez compris d’où vient ce nom) a beau être directeur d’école, il a les idées larges en ce qui concerne la réussite de ses enfants qui ne passe pas nécessairement par la case "1er de la classe".

A dix-sept ans, Alanis sort son premier album, toujours au Canada, où celui-ci fait un malheur et devient platine (Walk away, Feel your love). Alanais est alors clairement dans ce qu’on pourrait appeler de la variété pop dance. Mais le second CD sorti l'année suivante se vend moitié moins bien et le contrat qui la lie à MCA arrive déjà à son terme.

Alanis qui vit toujours chez ses parents, et oui, décide de quitter Ottawa pour Toronto, ville nettement plus showbiz que la capitale canadienne. Mais comme elle n’y trouve pas l’inspiration, elle quitte le Canada pour les Etats-Unis : d’abord Nashville puis Los Angeles. C’est là qu’elle rencontre le producteur et compositeur Glenn Ballard qui travaille avec Michael Jackson depuis Thriller.

C’est un véritable coup de foudre artistique. Les deux artistes composent certains titres en quelques minutes et qu’ils enregistrent instantanément. Cette folie créatrice débouche sur un contrat avec le label de Madonna, Maverick, et deux ans plus tard paraît le tout premier album international d’Alanis Morissette. Il lui vaut quatre tubes, quatre grammy awards dont celui d’album de l’année. Ben tiens, il culmine aujourd’hui à 33 millions d’exemplaires et a aussi été N°1 en Belgique. Vous le possédez probablement.

Même s’il n’y a rien à jeter sur ce CD légendaire, la chanson Ironic et son clip où elle joue quatre fois son rôle y sont bien sûr pour beaucoup.