La Story vidéo (30) : Led Zeppelin to Heaven

par Brice Depasse

3Est-il possible de vendre 23 millions d’exemplaires d’un même album grâce à une chanson qui n’a reçu aucune promotion car elle n’a jamais paru pas en single et ne figure sur aucune compilation ?

Oui. Mais c’est arrivé une seule fois dans l’histoire du showbiz. Voici l’histoire, en images, de Stairway to Heaven, le classique de Led Zeppelin qui est indubitablement la figure plus mythique des légendes du rock.

Plus de trente ans après la séparation, le groupe est en effet aussi populaire autant auprès des fans de la première que de la jeune génération. Si le nombre de leurs classiques est innombrable, un titre s’est allégrement dégagé des autres : Stairway to Heaven.

Lorsque les deux leaders, le chanteur Robert Plant et le guitariste Jimmy Page ont l’idée de ce titre, ils sont déjà au sommet de leur gloire. Leurs trois premiers albums qu’ils ont sortis en 1969 et l’année suivante, les ont propulsés à la première place du panthéon du rock.

Au printemps 1971, malgré les tournées incessantes en Europe et aux Etats-Unis, ils sont déjà en train de travailler sur le prochain disque.

Jimmy Page a composé trois titres différents qu’il souhaite assembler en un seul : il fait entendre ces morceaux folk, rock puis carrément hard rock à Robert Plant. Celui-ci se met alors à improviser un texte lumineux qu’il jette sur le papier : Stairway to Heaven vient de naître en quelques minutes.

Le troisième et indispensable larron de Led Zeppelin se nomme John Paul Jones. S’il se tient discrètement sur scène derrière les deux autres, on a compris depuis belle lurette qu’il joue de la basse comme un virtuose. Mais il a d’autres talents : c’est un arrangeur de génie qui a déjà travaillé avec les Rolling Stones, Dusty Springfield ou encore Herman’s Hermits.

L’arrangement qu’il imagine pour ce nouveau titre et les instruments révolutionnaires, ancêtres du synthétiseur qu’il utilise sont pour beaucoup dans la magie qui se dégage des premiers instants de Stairway to Heaven. Les huit minutes que dure le titre empêchent la firme de disques Atlantic de le sortir en 45 tours. Il n’existera jamais en single sauf pour les radios américaines.

Car aux Etats-Unis la demande pour ce titre est telle qu’il va être diffusé près de trois millions de fois sur leurs stations en l’espace de vingt ans. La pression que subit le groupe pour une sortie en 45 tours, la moitié sur chaque face, ou en maxi va être énorme. Mais le groupe refusera durant deux décennies : si les gens veulent écouter Stairway to Heaven, qu’ils achètent l’album.

Et ça marche ! Car il n’y a pas que les radios qui en font la promo, il y a surtout le bouche-à-oreille. Combien d’entre vous n’ont-ils pas découvert Led Zeppelin parce qu’un copain ou une copine leur a fait entendre la chanson ?

Interprété chaque soir au final des mémorables concerts de Led Zep, Stairway to Heaven a rapporté en droits plus d’un demi-milliard de dollars et figure encore aujourd’hui dans le top 10 des meilleures chansons de tous les temps à chaque classement organisé par une télé ou par un magazine.

PP4