La Story vidéo (31) : Le "Murmur" de R.E.M.

par Brice Depasse

Le chemin aura été long pour les quatre membres de R.E.M. entre leurs débuts et la consécration mondiale, en 1991. Brice Depasse vous raconte en images ce long périple semé d'embûches et, heureusement, de succès dans leur terre natale.

La sortie du premier album de R.E.M. en 1983, Murmur, est un véritable événement dans la presse musicale où on ne parle que d’eux.

Pourtant les portes des médias généralistes et des circuits de concerts traditionnels leur restent fermées. Leur musique, mélange de punk et de folk, accompagné de piano est jugée trop étrange. Du coup, l’album ne se vend pas à la hauteur de ce qu’un accueil pareil laissait espérer.

Heureusement, malgré les nombreux échecs publics qui l’attendent au cours des années qui suivent, R.E.M. va garder le cap jusqu’à la reconnaissance mondiale et absolue.

Ce premier album va, du coup, devenir tellement culte que le verso de sa pochette, une photo d’un pont de bois du chemin de fer près d’Athens devient un symbole local que les habitants de la région appellent Murmur comme l’album. Et lorsqu’en 2000, il s’agit de le détruire, c’est le tollé général, au point que le maire d’Athens décide de le garder. Aujourd’hui encore, nombre de fans se font photographier devant ou dessus.

Le second album qui sort l’année suivante. Enregistré dans l’urgence, il ressemble beaucoup plus au son brut de R.E.M. sur scène.

En 1985, R.E.M. est au bord de la séparation. A cause d’une fausse bonne idée : enregistrer à Londres le prochain album. Le studio est en banlieue, les trajets sont longs, il fait froid et la nourriture n’est pas bonne. Du coup, cela se ressent sur le disque qu’ils enregistrent. Le triomphe, ce ne sera pas encore pour cette fois.

S’il arrive aux Etats-Unis en 1986 avec le 45 tours Fall on me et le demi-million d’albums Life reaches pageant, l’Europe reste encore cantonnée aux fans pour cause de mauvaise distribution : I.R.S., leur maison de disques est un label indépendant dont les limites sont atteintes.

Le suivant confirme en 1987 : Document atteint le million d’exemplaires aux Etats-Unis et Rolling Stone proclame R.E.M. meilleur groupe rock américain.

En 1988, changement de cap. R.E.M. passe chez Warner et touche enfin l’Europe avec son nouvel album. Résultat : une grande tournée ambitieuse et 4 millions d’albums vendus. C’est la répétition générale avant le grand coup deux ans plus tard.

En 1990, c’est le désormais légendaire Out of time qui paraît avec deux singles imparables qui font la joie de toutes lés télés musicales : Shiny happy people et Losing my religion.

Cette année-là, R.E.M. devient le premier groupe de ce qu’on appelle le rock alternatif à devenir une star. Il ouvre la voie à de nombreux autres qui vont s’engouffrer dans la brèche parmi lesquels Nirvana et Pearl Jam.

Le début des années 90 reste à jamais marqué par la folie autour de R.E.M. qui sans partir en tournée va vendre 12 millions d’albums en quelques mois, soit autant que ce réalise le Dangerous de Michael Jackson dans le même laps de temps.

23