La Story vidéo (36) : La protohistoire des Pretenders

par Brice Depasse

4En 1980, nous découvrons à la télévision une délicieuse serveuse à la voix très sexy dans une chanson imparable. Et grâce à ce petit bout de film de trois minutes, une trouvaille qu’on appelle vidéoclip, tout le monde s’éprend de ce 45 tours des Pretenders.

 

On y voit dans un quartier paumé d’une ville anglaise débouler une belle grosse voiture américaine. Trois beaux jeunes mecs fringués vintage made in USA en sortent pour entrer dans une cafetaria tenue par la belle. Jolie métaphore puisque Chryssie Hynde est américaine alors que ses trois comparses musiciens sont anglais.

Chryssie est née dans l’Ohio à Akron. Le bled, quoi. Maman est secrétaire à mi-temps et papa directeur dans un annuaire de pages jaunes. Même si l’Ohio n’est pas, comme je viens de vous le dire, le plus sexy des états américains, Akron est une grande ville de 200.000 habitants avec une grande école que Chryssie fréquente. Mais on ne la voit pas beaucoup dans les auditoires ni aux soirées estudiantines du samedi soir. Elle ne sort pas avec les mecs du bahut car elle rêve plutôt de ceux qui jouent du rock’n’roll comme Brian Jones des Stones ou encore Iggy Pop.

Chryssie est tellement branchée rock qu’elle lit chaque semaine le célèbre journal musical anglais The NEW MUSICAL EXPRESS.

Elle rêve tellement d’Angleterre qu’elle décide de franchir l’Atlantique. La voilà à 22 ans, en 1973, à Londres où elle rencontre (et même plus car affinité) le dénommé Nick Kent, journaliste rock. Du coup, elle réussit à rentrer au NME. Mais là encore, ça ne dure pas. Aussi se retrouve-t-elle à travailler dans des boutiques de fringues. Mais pas n’importe lesquelles puisqu’il s’agit de celles de deux stylistes dont on va beaucoup parler et pour cause, ils seront les nippeurs des punks : Vivienne Westwood et Malcolm McLaren, Mr Sex Psitols. C’est ainsi que Chryssie Hynde demandera à Sid Vicious puis à Johnny Rotten de conclure avec elle un mariage bidon pour qu’elle puisse rester en Angleterre.

18

Ayant essuyé un refus, Chryssie franchit la Manche et se retrouve à Paris où franchement, la scène musicale rock, loin d’être excitante, manque encore de reconnaissance des médias. Fin de séjour faute de permis de travail, la voilà de retour aux Etats-Unis. Un comeback plein d’amertume ! Chryssie n’a pas réussi à réaliser son rêve : former un groupe.

Le chemin est encore long mais, vous le savez, les brunes ne comptent pas pour des prunes, elles ont de la suite dans les idées.