La Story Vidéo (38) : Les joyeux (et longs) débuts de Laurent Voulzy

par Brice Depasse

laurent-voulzy

Quand Laurent Voulzy déboule dans nos radios et sur nos platines en 1977, on a tous pensé que c'était un petit jeune qui débarque.

C'est oublier qu'un artiste d'un tel niveau est rarement tombé de la dernière pluie. Ainsi, plus de dix ans auparavant, notre Voulzy avait déjà signé l'arrangement de Kilimandjaro. II a d'ailleurs été le guitariste et le chef d'orchestre du même Pascal Danel de 1969 a 1974.

C'est à cette même époque que Laurent se lance comme artiste de variétés en sortant quelques 45 tours qui ... ne marchent pas du tout. Aussi le directeur artistique de RCA lui présente un autre chanteur qui assure un peu et avec qui il pourrait travailler. Coup de génie : cet homme se nomme Alain Souchon.

Ensemble ils écrivent LE titre qui lance la carrière de Souchon, J'ai dix ans. Comme les 45 tours suivants connaissent le même succès (Bidon, Jamais content), les deux artistes décident de travailler ensemble sur le répertoire de Laurent. Mais comme s'il y avait une malédiction, celle-ci ne démarre toujours pas.

Pour le onzième 45 tours de Laurent, le duo auteur­ compositeur a une idée gonflée. II s'agit d'un titre de plus de 11 minutes qui évoque l'adolescence dans les années 60 à coups de mots d'argot, de situations et d'extraits de tubes de l'époque. Vu la longueur du titre, RCA décide d'en mettre une moitié sur chaque face du 45 tours.

Rockollection est un tube énorme. Laurent Voulzy est N °l en mai 1977. Mais Laurent va devoir attendre trois ans avant de passer a la caisse avec son compère Alain Souchon. En effet, les éditeurs des chansons reprises sur le disque ont porté plainte devant les tribunaux.