DIX SCÈNES POUR RIRE ET SOURIRE AVEC LE CINÉMA ANGLAIS
"Love Actually", "Indian Palace", ... Brice Depasse vous conseille les comédies anglaises à voir et à revoir.

Life of Brian

Qui dit humour anglais dit les Monty Python dont ils incarnent le côté absurde et satirique. Bien sûr, leurs émissions et leurs films datent un peu, si on excepte les cultissimes Sacré Graal et La vie de Brian, tous  deux réalisés avec trois francs et six sous. Et pourtant, qu’est-ce qu’on a rigolé.




Quatre mariages et un enterrement

En 1994, le succès prodigieux de ce film nous fait découvrir non seulement un formidable acteur, Hugh Grant, mais surtout un cinéaste à l’humour détonant, Richard Curtis. L’énumération des titres de films qu’il nous offrira ensuite est éloquente : Coup de foudre à Notting Hill, Le journal de Bridget Jones, Love actually, Good Morning England et récemment Yesterday. Bref, depuis 25 ans, Hugh Grant arrive en retard au mariage de ses amis.




Love Actually

Le plus grand casting de stars du cinéma britannique pour la plus drôle des comédies romantiques. Que dire de plus de Love Actually puisque vous le regardez au moins une fois par an à la Noël, pas vrai ? Retrouvons ce duo unique entre l'inénarrable Rowan Atkinson et le fabuleux regretté Alan Rickman.




Un poisson nommé Wanda

La séparation des Monty Python nous avait laissé un goût de trop rien depuis leur séparation. Certes Terry Gilliam avait très bien tiré son épingle du jeu en nous éblouissant dans les années 80 avec des films comme Brazil mais on n’était plus dans le même registre. Alors imaginez la bulle de plaisir que représenta la sortie d’un film comme Un poisson nommé Wanda avec deux ex-Python, John Cleese et Michael Palin, dans une comédie dont certaines scènes nous laissaient entrevoir un plaisir perdu.




Hot Fuzz

On est dans le bien déjanté. Jouissif. Casting étonnant. Une comédie loufoque avec des accents "pythonesques" (encore eux !) avec un zeste de Y a-t-il un pilote dans l’avion, tout cela en pleine campagne anglaise. Et comme cette dernière est devenue le meilleur décor de cinéma et séries qu’on connaisse, c’est la totale. A noter une réalisation et une histoire menées à un train d’enfer : on rit du début à la fin ou on reste dehors pendant tout le film comme autrefois avec les ... (oui je sais j’en parle tout le temps mais que voulez-vous, ces mecs ont vraiment marqué la télé et le cinéma britanniques).




Sacré Graal

Sacrée Graal, c’est l’esprit de Camelot, l’original. On aime ou on déteste. Les adolescents et jeunes adultes des années 70 se sont dilatés la rate à la vision des scènes successives aussi dingues les unes que les autres de ce film financé (il faut le savoir) par Pink Floyd et Led Zeppelin, les potes des Monty Python.




Coup de foudre à Notting Hill

Hugh Grant nous refait le coup de Quatre mariages et un enterrement mais cette fois face à une pretty woman, star hollywoodienne. Pour le reste, toujours une sœur folle et des potes déjantés, beaucoup d’amour, d’humour et d’empathie avec une mention spéciale au personnage pervers et narcissique du colocataire.




Indian Palace

Une des meilleures comédies anglaises de ces dernières années. Pas de burlesque mais un humour raffiné, un comique de situation cette fois au menu de ce film au casting éblouissant version troisième âge. Et comme souvent dans le cinéma britannique une dimension sociale sans pathos qui fait du bien.




The Full Monty

Rien que pour la scène du strip tease des losers évidemment. Mais pas que. The Full Monty c’est l’Angleterre des perdants, celle qui a présidé à la naissance des punks mais vingt ans après. Des personnages extrêmement attachants et une musique signée par la géniale Ann Dudley, l’ex-leader des Art of Noise.




Le journal de Bridget Jones

Une des plus belles réussites de Richard Curtis avec un trio d’acteurs de rêve : l’inévitable dandy Hugh Grant, le flegmatico-british Colin Firth et l’exceptionnelle texane Renée Zellweger qui réussit à nous faire croire qu’elle est anglaise. Sans oublier les inévitables amis et famille décalés du héros du film, incontournables dans une comédie britannique.




Hors-compétition :

Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu

Issu de la période londonienne de Woody Allen (qui nous a donné des chefs d’œuvre comme Scoop et Match Point), le New Yorkais se montre dans ce film en parfaite symbiose avec l’humour anglais et sa ville d’accueil. Il faut dire qu’il se repose sur quelques acteurs britanniques éblouissants dans le genre comme Anthony Hopkins, Naomi Watts ou encore Gemma Jones (la mère fugueuse dans Le Journal de Bridget Jones).

VOUS AIMEREZ AUSSI - ARTICLES
VOIR PLUS
VOUS AIMEREZ AUSSI - PODCASTS
VOIR PLUS
L'actu ciné du mercredi 27 mai 2020
Avec de nouveaux films en préparation
Ecoutez l'interview de Laurent Capelluto
Il nous parle de son personnage
Les sorties ciné du 11 mars 2020
Avec Losers Revolution et la Bonne épouse
VOUS AIMEREZ AUSSI - VIDÉOS
VOIR PLUS
Nostalgie : Le saviez-vous? Queen
Le saviez-vous? Queen
Nostalgie : Le saviez-vous? Johnny Hallyday
Le saviez-vous? Johnny Hallyday
Nostalgie : Nostalgie devient la plus grande discothèque de Belgique
Nostalgie devient la plus grande discothèque de Belgique
Nostalgie : Découvrez la nouvelle publicité de Nostalgie
Découvrez la nouvelle publicité de Nostalgie