L'HISTOIRE CACHÉE DERRIÈRE GIRLS JUST TO HAVE FUN
Quand une chanson punk machiste devient un hymne pop féministe

Pour comprendre comment une chanson punk mâle ait pu devenir une sucrerie teenager des 80's puis un hymne féministe, il faut que je vous raconte Cyndi Lauper.

A la fin des années 70, la génération rock New Wave américaine a pris d'assaut les charts emmenés par les Cars, Blondie et récemment les Pretenders.

Cyndi Lauper est comme ses semblables que je viens de citer issue de cette scène punk. Raison pour laquelle elle dit non aux firmes de disques qui veulent la signer en solo. Ce sera avec son groupe, les Blue Angel, ou rien. La firme Polydor accepte le deal et publie leur premier album en 1980, un très bon disque qui reçoit d'excellentes critiques mais qui ne se vend pas. Blue Angel se sépare l'année suivante et Cyndi Lauper retourne à la vie civile, travaillant dans un magasin pour subvenir à ses besoins. Mais heureusement pour nous, elle continue à chanter le samedi soir dans les bars de New York où elle finit par se faire remarquer par un chasseur de talents. Cette fois, Cyndi accepte le contrat que lui propose la firme Epic, celle qui édite, entre autres, les disques de Michael Jackson.

Le producteur Rick Chertoff en charge de cet album solo lui propose la chanson qu'un groupe punk avait enregistré à la même époque que Blue Angel mais qui n'avait pas été publiée. Ce titre de Robert Hazard & the Heroes l'avait marqué : il est certain qu'elle peut en faire un hit. Mais lorsque Rick Chertoff la fait écouter à Cyndi Lauper, elle refuse de la chanter : une femme ne peut pas interpréter un texte aussi misogyne. Convaincu de son fait, Chertoff s'entête et insiste. Finalement, Lauper acceptera de la chanter à condition de pouvoir en changer le sens.

L'histoire a donné raison aux deux : Girls Just Want To Have Fun sera le premier tube mondial de Cyndi Lauper qui deviendra la plus punk des égéries pop des années 80.



Ci-dessous, la démo interprétée par Robert Hazard, auteur de la chanson originale :

VOUS AIMEREZ AUSSI - ARTICLES
VOIR PLUS
Nostalgie : (Vidéos) 5 choses à savoir sur Cindy Lauper
(Vidéos) 5 choses à savoir sur Cindy Lauper
Êtes-vous incollable sur l’icône aux mille couleurs (de cheveux !) ?
Lire la suite...
Nostalgie : Saviez-vous que la musique est morte la nuit du 2 au 3 février 1959 ?
Saviez-vous que la musique est morte la nuit du 2 au 3 février 1959 ?
Retour sur le terrible accident qui a emporté trois stars du rock
Lire la suite...
Nostalgie : Connaissez-vous les origines de la famille Addams ?
Connaissez-vous les origines de la famille Addams ?
Remontez l'arbre généalogique avec Brice Depasse
Lire la suite...
Nostalgie : New Beat Story
New Beat Story
Trente ans après son apogée, la New Beat, phénomène belge méritait bien une story qui exhume quelques faits croutillants et oubliés ...
Lire la suite...
VOUS AIMEREZ AUSSI - PODCASTS
VOIR PLUS
Le jour où la musique est morte (Episode 5)
"Et moi je te souhaite de te crasher la tronche dans ce coucou"
Le jour où la musique est morte (Episode 3)
Ce jour du 3 février 1959 qui a emporté la star du rock Buddy Holly
Le jour où la musique est morte (Episode 4)
Le dernier vol de l'âge d'or du rock'n'roll
Addams Family Story
Connaissez-vous les origines de la Famille Addams ?
VOUS AIMEREZ AUSSI - VIDÉOS
VOIR PLUS
Nostalgie : Nostalgie Magic Tour : découvrez l'Institut du sacré cœur à Yvoir
Nostalgie Magic Tour : découvrez l'Institut du sacré cœur à Yvoir
Nostalgie : Nostalgie Magic Tour : découvrez Les Glaïeuls à Messancy
Nostalgie Magic Tour : découvrez Les Glaïeuls à Messancy
Nostalgie : Nostalgie Magic Tour : découvrez la Maison Croix Rouge de Nivelles
Nostalgie Magic Tour : découvrez la Maison Croix Rouge de Nivelles
Nostalgie : Nostalgie Magic Tour : Découvrez l'ASBL les sarments à Liège
Nostalgie Magic Tour : Découvrez l'ASBL les sarments à Liège