L’INCROYABLE HISTOIRE DE "NATHALIE" DE GILBERT BÉCAUD
Un titre sur la Russie que Gilbert Bécaud ne voulait pas chanter en pleine guerre froide.

Avec cette chanson, Gilbert Bécaud et Pierre Delanoë ont non seulement lancé la mode du prénom Nathalie mais ils ont aussi pris le risque d’être boycottés par les radios.

À l'époque, en France, il y avait trois radios et Gilbert Bécaud avait deux succès Et Maintenant et Nathalie. Deux chansons que tous les Français de cette génération connaissent. Nathalie est également célèbre au Japon, en Allemagne, en Italie et en Russie bien entendu.

Mais cette chanson à divisé ses deux créateurs. Alors que le parolier Pierre Delanoë voulait absolument écrire une chanson sur la Russie qu’il adorait, Gilbert Bécaud, lui, n'en voulait pas. La raison est simple, le titre est sorti juste après la crise des missiles de Cuba, au moment où Brej­nev remplace Khrouchtchev. Il était alors très délicat d’oser écrire une chanson sur la guerre froide.

À l’époque, tous les yéyés, Sheila, Johnny, chantaient les mérites de l'Amérique alors que Nathalie présente la Russie à travers les traits d’une jeune femme blonde au visage souriant dans un pays qui ne faisait pas sourire du tout. 

Gaya Bécaud, fils aîné du chanteur, directeur de la création à RTL, confirme aujourd’hui que l’intention de son père était : « d'entrebâiller la porte de l'URSS. » Et pourtant Gilbert Bécaud n’était pas vraiment le prototype du chanteur engagé, à part Tu le regretteras, dédiée au général de Gaulle et L'important, c'est la rose.

Il faut savoir qu’à l'origine, la guide s'appelait Natacha et pas Nathalie et que la chanson commençait comme ça : « Qu'elle était jolie cette Russe rousse sur la place Rouge…», mais Bécaud n'était pas intéressé «Tu penses, un touriste à Moscou tombant amoureux de son guide !», s'était exclamé l’artiste. Mais Pierre Delanoë a persisté et a fini par trouver cette phrase « La place Rouge était vide, devant moi marchait Nathalie… » Une image qui a tout de suite parlé à Gilbert Bécaud et en deux heures, la chanson était bouclée.


ARTISTE ASSOCIÉ
GILBERT BECAUD
Avec le piano, la cravate à pois et un répertoire d'une cinquantaine de succès des années 1950 à 1980, Gilbert Bécaud a marqué d'une voix de stentor la chanson française. De son nom de baptême Gilbert Silly, né le 24 octobre 1927 à Toulon et décédé d'un cancer du poumon le 18 décembre 2001 à l'âge de 74 ans, l'auteur-compositeur et interprète avait tous les talents. Remarqué à ses débuts en 1953 par les titres « Mes mains » et « Les Croix », celui que l'on surnomme « Monsieur 100.000 volts » fait de l'Olympia de Paris sa seconde maison (il s'y produira une trentaine de fois de 1954 à 1977) et où, pour la première fois, des fauteuils sont cassés. C'est dire l'engouement que suscite Gilbert Bécaud, qui incarne alors l'énergie et la jeunesse. Les succès se ramassent à la pelle dans les années 1960 : « Salut les copains », qui donne son titre à une nouvelle génération, « Les Marchés de Provence », « Âge tendre et tête de bois », « Dimanche à Orly » et « Nathalie », tandis que « Viens danser » alias « Come to Me » et « Je t'appartiens », encore plus connu sous le titre « Let It Be Me », sont repris à travers le monde. Il y aura encore des chansons immortelles comme « Quand il est mort le poète », « Et maintenant » et « L'important c'est la rose », avant un déclin à la fin des années 1970, qui tourne à l'ostracisme en 1981. De sa tour Montparnasse, l'interprète de « L'Orange », auteur méconnu de L'opéra d'Aran et de la comédie musicale Roza continue de composer et d'enregistrer sans retrouver l'aura qui fut la sienne. De compilations en coffrets rétrospectifs, nombreuses sont les tentatives de réhabilitation d'un artiste entier.
VOUS AIMEREZ AUSSI - ARTICLES
VOIR PLUS
Nostalgie : (Vidéo) Gilbert Bécaud, découvrez son clip posthume
(Vidéo) Gilbert Bécaud, découvrez son clip posthume
17 ans après sa mort, sa femme dévoile une vidéo avec des images privées
Lire la suite...
Nostalgie : Découvrez l’histoire du « Pénitencier » de Johnny Hallyday
Découvrez l’histoire du « Pénitencier » de Johnny Hallyday
C’est un autre grand chanteur français qui en a assuré la traduction !
Lire la suite...
Nostalgie : Elvis Presley et Las Vegas, une grande histoire d'amour !
Elvis Presley et Las Vegas, une grande histoire d'amour !
De ses timides débuts aux grands show, voici l'histoire du King à Las Vegas.
Lire la suite...
VOUS AIMEREZ AUSSI - VIDÉOS
VOIR PLUS
Nostalgie : B-Generation, Plastic Bertrand - "No Plastic"
B-Generation, Plastic Bertrand - "No Plastic"
Nostalgie : Partez à la SoulParty avec le taxi le plus disco au monde
Partez à la SoulParty avec le taxi le plus disco au monde
Nostalgie : Week-end spécial Florent Pagny
Week-end spécial Florent Pagny
Nostalgie : Nostalgie célèbre les 40 ans du Walkman
Nostalgie célèbre les 40 ans du Walkman